Par quels moyens TikTok peut-il monétiser sa plateforme ?

Rachetée par ByteDance, Les jeunes générations l’adorent : TikTok est en train de révolutionner le monde des réseaux sociaux. Rien qu’aux États-Unis, en février dernier, la plateforme comptait 26,5 millions d’utilisateurs actifs. C’est énorme et c’est la preuve du potentiel énorme de ce réseau social. TikTok cherche encore son business model et tente de trouver des moyens de monétiser sa plateforme. Et si le e-commerce était la solution ?

TikTok veut séduire les marques

Récemment, la marque Uniqlo s’est associée à TikTok pour promouvoir sa nouvelle campagne. Masaki Nishida, responsable monétisation chez le réseau social, a déclaré que : « nous percevons de très grandes opportunités pour les marques de se connecter aux générations d’aujourd’hui. Elles peuvent clairement étendre leur portée en embrassant la créativité, grâce à la forme naturelle et native du contenu sur TikTok ».

Pourtant, c’est certain : le e-commerce sur TikTok n’en est encore qu’à ses balbutiements. Hollister, la marque américaine très prisée par les plus jeunes, a elle aussi déjà testé des publicités sur la plateforme, pour inciter les utilisateurs à acheter, grâce à un bouton « shop now« . Ce dernier dirigeait les personnes intéressées vers le site de la marque.

En Asie, le marché semble mature

Sur la version chinoise de l’application, un bouton d’achat existe. Dès ses débuts, cette fonctionnalité aurait même permis de réaliser 30 millions de dollars de recettes (26,7 millions d’euros) en une seule journée. Les grandes entreprises indiennes s’intéressent aussi de très près à TikTok. Voonik, Myntra et Snapdeal, trois grandes sociétés technologiques du pays, ont commencé à faire de la publicité sur la plateforme plus tôt cette année.

D’après une récente étude d’Adobe Digital Insights, le trafic généré par les réseaux sociaux pour amener un utilisateur sur un site marchand, serait passée de 3,1% au premier trimestre 2016 à 9,1% au premier trimestre 2019. Le potentiel de croissance est encore très grand. C’est une réalité en Asie : le comportement des consommateurs vis-à-vis des réseaux sociaux évolue. La confiance dans les plateformes communautaires augmente, et le e-commerce pourrait bien prendre son envol.